Histoire de Qrayeh

Nomination

Le nom « Qrayé » a probablement une origine syriaque, et selon le «Dictionnaire des noms des villes et villages au Liban» d’Anis Freiha, c'est une altération de «Qoryat » ou «Qiryat» lorsqu'il est suivi d'un autre nom ; sinon, le nom est dérivé de « Qrito » qui signifie le village ou la ville. (Anis Freiha, Dictionnaire des noms des villes et villages au Liban, Librairie du Liban, Beyrouth, 4eédition, 1996).
Il y a trois villes qui portent le même nom: la première se trouve au sud du Liban, district de Tyr; la deuxième au nord du Liban, district de Batroun; et la troisième au Mont Liban, district de Baabda.

Aperçu historique de la ville

Qrayé était autrefois une ferme appartenant à Cheikh Nassif Abou Chakra du village d'Aamatour à Shouf; au XVIsiècle, elle s'est transformée en ville après avoir été détenue par de nombreux agriculteurs. Bien avantcela, la ville remonte à l'ère de l'époque phénicienne, où elle faisait partie del’expansion du royaume de Saïda qui s’est étendu aux villages de l'est, y compris Qrayé, qui était le plus souvent utilisé comme cimetière pour les familles royales dans le Royaume de Saïda. La preuve en est dans les nombreuses grottes situées le long de la ville, y compris le plus grand caveau funéraire à l'Est, une grotte nommée « Al-Zankaliya » qui est utilisée aujourd'hui comme sanctuaire de la Vierge Marie.
Durant le règne ottoman à l'Est qui a duré environ quatre cents ans, Qrayé a été considéré géographiquement comme faisant partie de l'état de Saïda. Au début de la Première Guerre mondiale, lorsque la Turquie s'est alliée aux Empires centraux en 1914, le gouverneur a nommé Jamal Pacha commandant en chef de l'armée en Syrie et lui a accordé des pouvoirs absolus pour défendre ses territoires et les récupérer. Jamal Pacha a pris plusieurs décisions qui ont influencé toute la région: il a adopté la stratégie de la conscription militaire forcée et, en conséquence, 500 jeunes ont été recrutés de Qrayé pour se combattre auprès de l’armée Turque pendant la guerre et seulement quelques-uns d'entre eux ont survécu. En outre, beaucoup de gens ont immigré en Egypte où l'Empire ottoman n'avait aucune autorité.
Aujourd'hui, plusieurs familles déplacées de Qrayé vivent encore en Egypte, y compris les familles Nassif, Hleihel et d'autres.